Rechercher
  • L'équipe Green and You

Huit essentiels pour accélérer sa transition vers le zéro déchet

Faites le tour de votre logement. Voyez-vous : des cotons jetables ? Des capsules de café ? Des bouteilles d'eau en plastique ? Des sacs en plastique ? Des bouteilles de gel douche et de shampoing ? Si oui, c'est que votre transition vers un quotidien plus durable a des axes d'amélioration devant elle ! Quelques solutions pour réduire ses poubelles à la maison.



Les deux classiques : le tote bag et la gourde

C'est l'évidence : qui dit "zéro déchet" dit "gourde" et "tote bag" (ces sacs en tissu à emmener avec soi lorsque l'on fait ses courses pour éviter d'avoir recours à des sacs en plastique ). Mais attention, la gourde devient un accessoire "fantaisie" que l'on retrouve dans de nombreuses enseignes, tout comme les tote bags, agrémentés de toutes sortes de motifs, de dessins, de messages... Or, racheter une gourde tous les trois mois n'est pas ce qu'il y a de plus éco-reponsable ! Si on n'en a pas, on choisit une gourde de préférence en acier inoxydable. Le but étant évidemment de dire adieu aux bouteilles en plastique, au sport, au bureau, à la maison, l'été quand il fait chaud... Du côté du tote bag, il suffit d'en avoir un ou deux assez grands pour faire ses courses - aussi pour emmener un plat à emporter le midi au travail par exemple - et le tour est joué. Où les trouver ? Soit tout simplement chez soi (on a nécessairement des sacs en tissu qui traînent quelque part), soit dans le commerce, idéalement en coton bio. Le but, ici aussi, n'est pas de les collectionner.

Le tawashi


Un tawashi est une éponge dite "durable" venue du Japon. Avec elle, fini les centaines d'éponges jaunes et vertes jetées au fil des ans ! On peut la fabriquer soi-même (voir le tutoriel ci-dessous) à partir de vieux vêtements auxquels on souhaite donner une seconde vie. Bien réalisée, elle est assez résistante. On la lave et le jour où l'on sent qu'elle fatigue, il suffit d'en refabriquer une.



Les carrés lavables

Marre de jeter des tas de cotons et d'essuie-tout chaque jour à la poubelle ? Pourquoi ne pas passer aux carrés/tissus lavables ? On peut les réaliser soi-même avec de vieux vêtements, ou tout simplement les commander. On choisit de les laver directement après utilisation à la main et au savon de Marseille si l’on craint que les taches ne partent pas – les laver à l’eau froide juste après utilisation dans ce cas. Ou on les met directement à la machine en même temps que son linge sale, dans un filet bien fermé pour éviter leur dispersion.



L'oriculi

C'est la fin des cotons-tiges ! Et tant mieux, non seulement pour la planète mais aussi parce que les ORL ne conseillent pas leur utilisation. Il n'est toutefois pas question de ne plus se nettoyer les oreilles pour autant ! Que faire ? Le site spécialisé Passeport.net précise qu'il suffit de "passer un petit jet d'eau le matin sous la douche dans chaque oreille. On peut savonner rapidement le pavillon et le tour est joué. N'oubliez pas de bien essuyer en sortant, avec votre serviette ou un mouchoir, afin d'éviter de laisser d'eau dans le conduit". Une alternative : l'oriculi, un cure-oreilles japonais : il s'agit d'un petit bâtonnet en bois recourbé réutilisable. Attention, il ne faut surtout pas l'enfoncer trop loin dans l'oreille au risque d'endommager le tympan. On le retrouve dans nombreuses d'enseignes bio, zéro déchet, et peu à peu dans les grandes surfaces.


Le shampoing solide et le savon


Quand nous achetons des produits ménagers et cosmétiques liquides, nous payons aussi l’eau qu’ils contiennent ! Et nous accumulons les contenants. Il n'est pourtant pas difficile de passer au solide ! Shampoings solides, savons à l'ancienne, mais aussi pains de rasage, dentifrices et déodorants solides se sont largement démocratisés ces dernières années.



La cafetière à piston ou la cafetière italienne


Éviter les machines à capsules est évident non seulement pour la réduction des déchets mais aussi pour le portefeuille. Quoi de meilleur qu'un café provenant d'une cafetière italienne ? On n'oublie pas de réutiliser le marc de café au passage. Si vous êtes plutôt thé, vous pouvez opter pour une boule à thé afin d'éviter les sachets de thé !

Les contenants en verre


Une première raison : le verre ne contient pas, contrairement à certains plastiques, de phtalates ni de bisphénol pouvant être transmis à nos aliments (préférez d'ailleurs pour vos repas du midi au travail des tupperwares en verre). Par ailleurs, le plastique est plus complexe à recycler que le verre. Plutôt que d’acheter des céréales, des pâtes et du riz emballé dans du plastique ou du carton, il suffit de privilégier, lorsque cela est possible, les magasins de produits en vrac où l’on amène ses contenants en verre. On limite ainsi ses déchets !




Crédits : L'Info Durable

6 vues

©2020 par Green and you.