Rechercher
  • L'équipe Green and you

L'Inde en quarantaine : 60 millions d'œufs pondus en toute tranquillité.

La pandémie de coronavirus, et le blocage des activités qui en résulte dans de nombreux pays du monde, continuent d'avoir des effets positifs sur la nature, les animaux et l'air que nous respirons. Il semble que cette situation dramatique ait également apporté, au milieu de tant de souffrances et de privations, une période de pause et de bien-être à la planète qui nous accueille et à de nombreuses créatures souvent menacées par la présence de l'homme.






En Inde orientale, le long des côtes de l'État d'Odisha, ce qui n'avait pas été vu depuis longtemps s'est produit. Les tortues de mer, notoirement vulnérables et menacées par la pollution et les activités humaines, ont profité de la quarantaine pour reprendre leurs espaces.


Il s'agit de centaines de milliers de tortues olivâtres (Olive Ridley, ou Lepidochelys olivacea) qui ont réussi à atteindre le rivage, sur la plage de Rushikulya, pour y creuser leurs nids et pondre leurs œufs en quelques jours. Tout cela s'est passé d'une manière plus sûre et plus protégée par rapport à la situation normale dans laquelle l'homme, avec ses activités de pêche et de tourisme, aurait certainement perturbé ce fascinant processus naturel.


Un tel événement aurait attiré des foules de touristes désireux d'y assister, causant un dérangement évident pour les tortues. Sans parler du triste phénomène du braconnage, qui a souvent vu des personnes sans scrupules prélever des œufs sur la plage pour les vendre ensuite sur les marchés locaux. Tout cela n'a pas eu lieu, et les splendides tortues de mer ont pu nicher en toute tranquillité.


Ceci a été rapporté par The Hindu, qui a également précisé que les autorités de protection des tortues ont fait de leur mieux pour s'assurer que les tortues puissent déposer leurs œufs de manière sûre. La nouvelle vient après qu'une autre nidification massive sur la plage de Gahirmatha ait également été couronnée de succès. Au total, les autorités ont estimé qu'environ 60 millions d'œufs ont été pondus.


Une très bonne nouvelle pour ces animaux, qui n'avaient même pas débarqué sur la plage de Rushikulya l'année dernière. La nature, avec l'homme moins présent, reprend ce qui lui appartient, et cela devrait d'ailleurs toujours lui être garanti.

579 vues

©2020 par Green and you.