Rechercher
  • L'équipe Green and you

Le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, lance un fonds pour la Terre de 10 milliards de dollars.

Le milliardaire le plus riche du monde a annoncé lundi 17 février, sur son compte Instagram, la création du Bezos Earth Fund pour lutter contre le changement climatique. Cette initiative survient alors que l’impact environnemental du géant du commerce en ligne est de plus en plus critiqué aux États-Unis, y compris par les salariés d’Amazon.




Certains y verront une tentative de greenwashing. D’autres une réelle volonté d’agir enfin pour protéger la planète. Alors que son entreprise, Amazon, est accusée de contribuer au changement climatique, le milliardaire Jeff Bezos a promis lundi de consacrer 10 milliards de dollars de sa fortune personnelle à l’environnement et à la lutte contre les conséquences du réchauffement, rapporte Bloomberg. Le lancement de ce fonds représente à ce jour “le plus important investissement philanthropique” de l’homme d’affaires, dont la fortune totale est estimée à 130 milliards de dollars, précise l’agence économique.


“Le changement climatique est la plus grande menace pour notre planète”, a déclaré Jeff Bezos sur son compte Instagram.“Je veux travailler aux côtés d’autres personnes à la fois pour développer les moyens connus et explorer de nouveaux moyens de lutte contre l’impact dévastateur du changement climatique sur cette planète que nous partageons tous”. Le milliardaire a précisé que les premières subventions, qui iront à des chercheurs, des militants et des ONG, seront attribuées dès cet été.


“Amazon a un impact considérable sur l’environnement”

Cette annonce survient alors même qu’Amazon est de plus en plus sévèrement montré du doigt pour son impact néfaste sur l’environnement. Il y a moins de trois semaines, quelque 300 employés de l’entreprise appartenant au groupe Amazon Employees for Climate Justice ont manifesté devant le siège de l’entreprise à Seattle, rappelle Buzzfeed. Les salariés souhaitaient notamment exprimer leur soutien à des collègues qui avaient critiqué la politique environnementale d’Amazon et avaient été menacés de licenciement.


En septembre dernier, Jeff Bezos s’était engagé à ce que le géant du commerce en ligne atteigne la neutralité carbone d’ici 2040 et achète 100 000 véhicules électriques de livraison. Des mesures qui n’avaient pas convaincu les nombreuses personnes qui critiquaient la firme. “Avec ses vastes centres de données qui alimentent le cloud” et son énorme “réseau mondial d’expédition et de livraison de colis, Amazon a un impact considérable sur l’environnement”, souligne le New York Times. Il y a quelques mois, la société avait révélé pour la première fois son empreinte carbone, estimée en 2018 à environ 44,4 millions de tonnes de dioxyde de carbone. C’est à peu près “comme si l’on brûlait 600 000 camions-citernes d’essence”, note le quotidien américain.


La philanthropie, “un terrain miné”

La somme de 10 milliards promise par Jeff Bezos représente en tout cas une “part considérable de sa fortune personnelle”, note The Verge. “D’autant que, pendant des années, le patron d’Amazon ne s’est pas investi dans des projets philanthropiques de grande ampleur”, ce qui lui a valu de nombreuses critiques “à mesure que sa fortune grandissait”, ajoute le Washington Post.

“Ironiquement, ces dons tardifs surviennent à un moment où la philanthropie des milliardaires est plus que jamais considérée comme un terrain miné”, note de son côté le journaliste de Vox Theodore Schleifer. “La société commence à prendre conscience que les dons caritatifs sont une forme d’influence et que peut-être ces milliardaires ne devraient pas avoir autant de pouvoir. Car après tout, ce sera Jeff Bezos qui décidera qui financer avec ces 10 milliards de dollars, et non les contribuables par le biais d’un gouvernement américain démocratiquement élu.”


Crédit: Courrier international / Noémie Taylor-Rosner


33 vues

©2020 par Green and you.