Rechercher
  • L'équipe Green and You

Pourquoi la pollution de l’air a augmenté ce week-end malgré le confinement ?

Ce week-end, de nombreux médias régionaux ont relayé l'information : des pics de pollution ont été enregistrés dans la moitié nord de la France. Malgré le confinement. En cause : les activités agricoles qui continuent, mais aussi des conditions météorologiques défavorables.


Depuis près de quinze jours maintenant, le trafic routier est réduit à son strict minimum. Les usines tournent au ralenti. Et il y a quelques jours, l'Agence spatiale européenne (ESA) livrait des images frappantes de la baisse de pollution observée depuis l'espace. Pourtant ce samedi 28 mars 2020, plusieurs départements français ont connu un pic de pollution. Étonnant ? Pas tant que ça, à y regarder de plus près. D'abord parce que le pic de pollution signalé ce week-end concerne des particules fines PM10, des particules de moins de 10 micromètres et susceptibles de pénétrer notre appareil respiratoire. Et non des concentrations en dioxyde d'azote dont il était question sur les images de l'ESA. Car il est très classique d'observer un pic de pollution aux particules fines en cette période de printemps. Le mois de mars, c'est en effet la période à laquelle on assiste classiquement à des épandages agricoles. Une pratique à l'origine d'émissions d'ammoniac, notamment. Et l'ammoniac est un précurseur de particules fines.


Une pollution en partie venue d’ailleurs

Mais accuser les seules activités agricoles de ce phénomène malheureux serait fautif. D'autres facteurs ont pu jouer. La pollution au monoxyde de carbone (CO), notamment, résultat de combustions incomplètes de gaz, de charbon, de fioul ou de bois. Ou encore celles dues à des particules de poussière qui servent de support à des réactions chimiques entre les différents polluants atmosphériques. Des pollutions qui, au gré des conditions météorologiques, peuvent tout à fait nous arriver d'ailleurs. De la Pologne, par exemple - grâce à des vents orientés nord-est ce samedi -, qui continue de brûler beaucoup de charbon pour se chauffer et produire de l'électricité. Ou encore du Sahara qui peut être responsable de sortes de brumes de sable jusque dans le nord de la France. Des pollutions plus locales aussi, dues au chauffage - au bois principalement - qui apparaît comme une source importante de pollution en cette période de confinement. Ou même le brûlage des végétaux dans les jardins. Une pratique interdite, mais qui en ces temps de confinement pourrait tenter un certain nombre de personnes.



Des études plus poussées permettront sans doute, dans les prochains jours, de définir plus exactement la part de chaque secteur dans ce pic de pollution. Qui est tout de même resté à un niveau bien moindre que ceux atteints ces dernières années à la même période.




Crédits : Futura Sciences

93 vues

©2020 par Green and you.