Rechercher
  • L'équipe Green and You

Quatre propositions pour imaginer le monde d’après

Alors que le monde est plongé dans une crise sanitaire historique depuis de longues semaines, nombre d’organisations commencent à penser le monde d’après avec un objectif commun : ne pas reproduire les erreurs du passé.

Selon un récent sondage de Yougov, 68 % des Français se disent prêt à adopter un comportement plus éco-responsable au sortir du confinement, tandis que 77 % de la population considère que la pandémie est le moment propice pour adopter une politique ambitieuse de transition écologique. Une tendance a priori confirmée par Emmanuel Macron qui déclarait le 16 mars dernier lors de son discours télévisé que "le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant". Néanmoins, à l'heure où des autorisations d’épandages agricoles à proximité immédiate d’habitations pendant le confinement scandalisent notamment certaines associations, plusieurs d'entre elles, des ONG et des collectifs, imaginent un monde d’après plus soucieux de l’environnement. Voici une liste non-exhaustive de propositions pour l’après 11 mai.

Réseau Action Climat France


Réseau Action Climat France a publié un communiqué dans lequel il présente ses grandes orientations. S’il préconise un plan de sauvetage visant à soutenir un maximum d’entreprises à très court terme, afin qu’elles puissent survivre à cette récession, l’objectif à moyen terme est bien de se pencher avec insistance sur la question du dérèglement climatique. "L’urgence climatique est toujours présente. Pourtant, le risque existe de reporter les politiques nécessaires au nom du sauvetage d’une économie en récession", déclare l’association dans son communiqué. La relocalisation, l’adaptation de l’économie à l’urgence climatique, l’orientation de la demande vers des produits durables constituent en grande partie les points importants du plan de Réseau Action Climat France pour une économie et une société plus résiliente.


Plus jamais ça

Seize associations et syndicats ont lancé un appel pour "un jour d’après écologique, féministe et social !" par l’intermédiaire d’une pétition. Greenpeace France, les Amis de la Terre, Attac France et Oxfam France font notamment partie de ce mouvement lancé le 7 avril dernier. À travers celui-ci, quatre mesures substantielles sont mises en avant par les organisations. Dans un premier temps, ces dernières réclament l’arrêt immédiat des activités jugées "non-indispensables", que soient réquisitionnés entreprises et établissements médicaux privés pour faire face à cette pandémie, mais aussi que des "milliards d'euros injectés dans l'économie française et européenne (soient orientés) vers les besoins sociaux et écologiques des populations", peut-on lire sur la pétition. Les seize associations et syndicats invitent aussi, à plus long terme, les citoyens à soutenir les politiques publiques pour une "fiscalité plus juste", mais également pour que l’agriculture, l’industrie et les services soient réorientés et relocalisés en priorité afin de "remettre l'économie au service du plus grand nombre et de limiter les dérèglements climatiques".

WWF

Le 6 avril dernier, le WWF a publié un communiqué dans lequel il met en avant la responsabilité de certaines activités humaines quant à l’émergence de cette crise sanitaire. "Les pressions que nous exerçons sur la nature à travers nos modes de consommation et de production non-soutenables sont en grande partie à l’origine des crises écologiques et sanitaires", a par exemple expliqué Isabelle Autissier, présidente du WWF France. Si elle réclame une relance tournée vers l’écologie, l’organisation environnementale conseille surtout au gouvernement de mettre en place "'un filet de sécurité' qui garantisse à tous les Français une sécurité sanitaire, sociale et économique et environnementale". Pour cela, l'ONG présente trois mesures concrètes. "Conditionner et moduler les aides publiques aux grandes entreprises et aux banques", "accompagner la transformation de secteurs clés comme l’agriculture", et enfin, "soutenir les territoires qui sont au cœur de la gestion de crise".

Convention citoyenne pour le climat

Les 150 membres de la Convention Citoyenne pour le Climat ont récemment organisé une réunion en visioconférence pour décider des différentes mesures qu’ils souhaitaient remettre au gouvernement après plus de six mois de réflexion. Les 50 mesures pour bâtir un plan de relance écologique et économique ont depuis été dévoilées à tous. Parmi les principales, la Convention Citoyenne encourage notamment le gouvernement à favoriser les circuits courts, afin de mettre un point d’honneur à la production locale et durable, mais souligne aussi l’importance de se diriger vers une économie bas carbone et de lutter contre la surconsommation.




Crédits : L'Info Durable

40 vues

©2020 par Green and you.