Rechercher
  • L'équipe Green and You

Une genette dans les calanques

Non, il ne s’agit pas d’une expression méridionale pour désigner une jeune fille en fleur. C’est bien l’authentique appellation d’une espèce méconnue dont une équipe de botanistes vient d’attester la présence dans le Parc national des calanques de Marseille.

©Denis Farrell/AP/SIPA



Tombée dans l’oubli


Connaissez-vous la genette d’Europe ? Son pelage gris clair tacheté de blanc et son aspect général évoquent celui du chat mais le corps est plus élancé, la tête moins ronde, le museau plus pointu. Ses pattes sont également plus courtes, tandis que la queue est, elle, plus longue.


Au Moyen Âge, genetta genetta était un animal de compagnie plutôt répandu dans les châteaux. S’attaquant aux rongeurs qui pullulaient à l’époque, elle rendait à ses hôtes un fier service. Léger inconvénient cependant, la genette dispose de deux glandes à musc situées de chaque côté de son postérieur, qui dégagent une odeur très nauséabonde, en particulier quand elle est effrayée. Ce désagrément est sans doute à l’origine du déclin de sa popularité. Au retour des croisades, le chat la remplace peu à peu dans les foyers. Elle retourne alors à l’état sauvage. Mais dans les années 60, les chasseurs qui la considèrent comme nuisible la pourchassent pour sa fourrure. Elle est au bord de l’extinction. Aujourd’hui protégée, la genette reconquiert timidement ses sites de prédilection, des endroits particulièrement accidentés et escarpés, comme les falaises. D’origine africaine, l’espèce occupe à ce jour une aire de répartition localisée dans la Péninsule ibérique ( Portugal et Espagne, y compris les îles Baléares ) et la France, qui héberge l’une des plus belles populations d’Europe.


Les chiffres sont là, accablants. Selon l’Indice Planète Vivante ( IPV ), entre 1970 et 2014, l’effectif des populations de vertébrés sauvages a décliné de 60 %. Surexploitation des ressources et activités agricoles demeurent les causes principales de cette érosion. Depuis 1961, le WWF mène des actions concrètes pour sauvegarder les milieux naturels et les espèces. Nous luttons notamment contre le braconnage, la destruction des habitats et les conflits avec l'Homme. Tous les deux ans, nous publions notre rapport « Planète Vivante » qui dresse un bilan de l’état de la planète. Coup de projecteur sur les pressions humaines qui pèsent sur la biosphère mais aussi sur les solutions, à portée de main. Moins visibles, nous menons aussi des actions de plaidoyer auprès des décideurs publics et privés, pour que la protection de la Nature devienne une priorité. Sans leurs engagements à tous, nous ne pourrons pas enrayer la disparition de la biodiversité. Le réseau WWF agit dans 35 écorégions marines et terrestres, au patrimoine naturel parmi les plus riches, rares et souvent menacés de la planète. Notre objectif, promouvoir le développement d’activités humaines qui respecte la planète et sa biodiversité.



Des indices qui ne trompent pas

Afin de protéger la genette, le lieu exact où elle a été vue reste secret. En février dernier, une équipe de botanistes du Parc national des calanques de Marseille repère des excréments qui ne ressemblent pas à ceux des renards, nombreux dans le Parc. Naturalistes aguerris, ils comprennent rapidement qu’il s’agit d’un crottier typique de ceux où les genettes d’Europe ont l’habitude de déposer leurs fèces. Ils décident alors de se rendre sur place la nuit pour tenter d’apercevoir le petit mammifère qui ne sort qu’après le coucher du soleil pour chasser rongeurs et petits oiseaux. Coup de chance, le soir même, ils réussissent à filmer l’animal grâce à une caméra nocturne. Si les naturalistes se réjouissent de l’événement c’est parce que l’animal, très discret, ne se montre pas souvent. C’est une espèce qui a un odorat très développé et qui se sauve dès qu’elle détecte une présence humaine. Vingt secondes d’images rares donc. Mais pas question de communiquer le lieu exact où la genette a été aperçue. Les agents du Parc national gardent l’information secrète pour éviter que le specimen observé ne soit braconné – ou dérangé. Ils retourneront prochainement sur place à la recherche d’autres crottiers… et donc d’autres genettes qui rôderaient dans les calanques.



Crédits : WWF

36 vues

©2020 par Green and you.